La Préparation Mentale

La préparation mentale :

 

La préparation mentale, dans le domaine sportif ou dans tout autre domaine est essentiellement centrée sur les apprentissages psychiques et techniques, et les stratégies permettant à la personne de progresser et de mieux gérer sa performance sur le plan mental, émotionnel et physique mais aussi de mieux gérer son environnement.

La préparation mentale, dans le domaine sportif ou dans tout autre domaine permet d’identifier la source des difficultés et de trouver les solutions adaptées afin de permettre l’individu de s’exprimer pleinement. En d’autres termes, découvrir et se débarrasser des raisons des différents blocages.

La préparation mentale a pour objectif le développement de votre autonomie en toutes circonstances et d’optimiser vos capacités.

 

L’entrainement mental, une démarche d’accompagnement :

 

Elle s’inscrit ponctuellement dans un plan d’entraînement par exemple pour régler un conflit, gérer l’arrivée d’une nouvelle personne dans un environnement, un retour d’activité ou plus couramment un défi.

Elle peut aussi établir une relation auprès d’un sportif, d’un club, ou d’un groupe en entreprise sur le moyen et long terme. Au service de la personne, de l’équipe, ou du collectif, le préparateur mental travail en lien avec l’ensemble des partenaires pour l’atteinte des objectifs de performance.

Les entraineurs, les chefs d’entreprise ont rarement le temps de travailler sur le mental de chaque actionnaire de l’entreprise (sportif ou professionnel), l’intervention d’un préparateur mental se place dans une démarche saine, déléguée, apportant une expertise spécifique de la performance.

Mes techniques sont basées sur mon expérience en tant que diplômé d’Etat d’éducation sportive deuxième degré pour qui les responsabilités sont conséquentes et les enjeux humains peuvent être considérables, ainsi que sur ma formation sur les Techniques et Applications des sciences de la conscience à Paris.

 

Quels bénéfices  en attendre ?

 

La réussite sportive, professionnelle ou dans n'importe quel domaine, est liée à l'acquisition et au développement de capacités psychologiques et mentales. Pour cela nous devons atteindre un changement dans de nouvelles stratégies de fonctionnement, une meilleure ouverture, de nouvelles possibilités, une puissance personnelle et une clarté émotionnelle.

 

  • Gérer le “stress”, la peur de gagner, la peur de perdre, gérer la pression en sachant qu’il n’est pas possible d’éliminer à 100% le stress. Ce qui est important, c’est la quantité et surtout la qualité de ce stress : le stress nuisible est dû à une sécrétion inappropriée d’adrénaline au niveau des fibres sympathiques (d’où tremblements, troubles digestifs, envie fréquente d’uriner, sudation, sensation de bouche sèche, tachycardie, hypoglycémie réactionnelle, etc.) Le “bon” stress est celui lié à la sécrétion d’adrénaline par les glandes médullosurrénales.

  • C’est cette “bonne” sécrétion d’adrénaline qui va entraîner la baisse du taux circulant d’insuline, pour améliorer, entre autre, la captation musculaire du glucose circulant et favoriser la glycogénolyse  (la dégradation des molécules de glycogène pour libérer du glucose) Il est important de noter que la préparation mentale avant un effort ou une performance (technique de visualisation de l’effort) permet à elle seule de mettre en place le statut hormonal de l’effort (augmentation catécholamines, diminution insuline, augmentation glucagon). Le but de cet « échauffement physique » est de rendre la personne mentalement et physiquement plus performante, dès le début de l’effort.

  • Gérer la souffrance, c’est à dire l’interprétation de la douleur (sports comme le cyclisme, le triathlon, le marathon).

  • Mettre entre parenthèses un souci, par exemple les caméras ; un public hostile ; une mauvaise nouvelle, etc.

  • Améliorer les troubles du sommeil, par des exercices de visualisation de lumière, luminosité : mise à l’heure de l’horloge interne qu’est l’épiphyse dont la sécrétion de Mélatonine est, en partie, régulée par la lumière ; d’autant plus important s’il s’agit d’un sport à forte composante psychomotrice (tennis, sauts, tir, etc.), ou d'un travail intense physiquement ou intellectuellement.

  • Correction ou mémorisation d’un geste technique : pour permettre à la personne de corriger et parfaire un geste spécifique.

  • Augmenter les possibilités de concentration, de visualisation et de mémorisation : mémoriser un parcours d’obstacles en équitation ; ou une descente de slalom ; refaire mentalement plusieurs fois un saut parfait ; ou un service volée au tennis ; ou le parcours d’une course contre-la-montre, etc.

  • Gérer une période difficile, les périodes de baisse de motivation, de baisse de confiance : profiter de cette période pour progresser mentalement, identifier les gestes ou comportements à corriger, voir augmenter ces capacités mêmes pendant cette période d’arrêt, etc.

  • Améliorer la récupération après l’effort (aspect trop souvent négligé) : une séance de 60 minutes permet d’optimiser la récupération psychologique bien sûr, mais aussi : hormonale, biologique, anatomique (il existe des microlésions musculaires, tendineuses, articulaires), le retour veineux.

  • Acquérir un schéma corporel parfait, c’est un aspect essentiel, ça se travaille en séance et pendant les entraînements, surtout dans les sports à prédominance psychomotrice (sauts par exemple, épreuves combinées)

  • Améliorer la qualité des rapports humains.

 

Dans la vie quotidienne, notre accès à l’information contenue dans notre inconscience est limité surtout par notre propre champ de perception. Pourtant, en entrant dans un état altéré de conscience où notre rationalité quotidienne ne filtre pas ce que nous pouvons appréhender, nous soulevons le toit pour voir le ciel. Nous accédons à une vaste gamme d’informations qui nous relient à d’autres personnes et à de nouveaux potentiels :

 

  • Développer la créativité personnelle et collective au sein d'une équipe.

  • Créer une nouvelle énergie au niveau du groupe, source de nouvelles performances.

  • Développer la confiance en soi.

  • Mettre en place vos stratégies de réussite.

  • Construction d'une équipe.

  • Modéliser des compétences au sein du groupe.

  • Atteinte de nouveaux systèmes de valeur, de compréhension ; changement de paradigme.

  • Établissez un partenariat, une osmose, une cohérence qui confère un nombre de bénéfice à votre système physique et psychologique.

  • Une perspective de progrès intérieur, qui offre un surcroit de créativité de détermination et d’enthousiasme.

  • Une clarté mental et équilibre émotionnel qui mène vers un état de fluidité neuronale optimal.

  • Établissez de nouvelles stratégies de fonctionnement, afin d'appréhender de nouveaux choix.

 

Je pratique régulièrement un ensemble de techniques diverses auprès de différant publique : Sportif, Sportif de Haut Niveau, entraineur, équipe, ainsi que dans le domaine professionnel, chef d’entreprise, homme politique, salariés souhaitant changer d’activité, afin d’améliorer leurs conditions d'existence, vers une connaissance intégrale du phénomène humain et à la réalisation de leurs plus hautes possibilités.

 

Les techniques employées :

Il est important de préciser qu’une préparation mentale sera toujours personnalisée, en fonction de son activité, ainsi que de ces objectifs, et des différentes problématiques émergentes. Cette préparation s’inscrit sur la durée.

 

  • La Relaxation :

Par une technique de relaxation appropriée, basée sur des exercices de respiration et la visualisation, la personne accède à la détente corporelle...

Cette dernière déclenche une détente émotionnelle, libérant ainsi l'esprit des défenses naturellement actives en état de conscience dit ordinaire. La personne entre alors dans un état modifié de conscience (EMC) dit "sophronique" par les sophrologues (la "zone" chez les sportifs, le niveau "alpha" pour les neurologues) qui lui permet d'accéder à une perception sensorielle, émotionnelle et dans un "état d'esprit" plus juste, car libérée du parasitage de l'activité mentale diurne.

Cette "plongée" de la conscience permet de revenir à la conscience ordinaire avec une meilleure compréhension de soi et de la réalité environnante, développant au fur et à mesure de la pratique un niveau d'acuité et de performance élevé, permettant de faire face à toute forme de situations.

 

  • L'imagerie guidée :

Espace de détente mentale particulier où le sportif s’installe au contact avec l’intérieur de lui-même, mettant entre parenthèse tout ce qui se passe autour de lui pendant la séance, pour optimiser en séance des exercices de concentration de visualisation et de motivation avant mais aussi pendant la compétition (tennis au changement de côté, épreuves combinées, entre mi-temps ou 1/3 temps, dans le coin pour un boxeur ; mais aussi avant un moment précis : exemple le service au tennis, ou un saut en athlétisme). Avant le départ ou le début de la compétition : visualisation de la montée de la courbe des hormones de l’effort, des endorphines cérébrales, visualisation d’images très positives (les meilleures résultats, etc., du passé ou anticipation très positive de l’épreuve qui arrive), espace de sérénité et de maîtrise des émotions, boisson d’attente (travail déjà réalisé en séance de sophrologie avec la même boisson : « à chaque fois que tu retrouveras le goût de cette boisson, tu retrouveras les sensations que tu expérimentes pendant cette séance : sérénité, maîtrise des émotions, etc. etc.) Après la compétition, optimisation de la récupération avec une séance que je lui ai enregistrée pendant une de ses séances, soit, et c’est l’objectif : seul.

L’objectif est surtout que le sportif puisse ensuite utiliser lui-même, seul cet outil avant pendant et après la compétition : Ne jamais cultiver la dépendance sportif-préparateur mental…

 

  • L’Hypnose régressive :

Cette technique est employée aussi bien comme moyen d’exploration de l’inconscient qu’à des fins thérapeutiques. On l’associe et on l’intègre souvent avec d’autres techniques.

Pour des problèmes plus spécifiques, implique un retour à un état psychique qui a été connu, dans le passé ; cette technique de régression se base sur :

1. la relaxation du corps : respiration consciente et détente progressive de l'ensemble du corps physique,

2. la visualisation de l'esprit : protection, préparation et expérience de sa vie dans le passé ;

3. la prise de conscience des liens entre l’expérience du passé et de l’expérience présente.

4. le retour à la conscience diurne.

 

  • Le « Training autogène de Schultz » :

Il s’agit d’une méthode d’entraînement, qui fait partie des méthodes somatics ou somatothérapies définis par les médecins et les éducateurs français ; où la personne, dans une ambiance calme, assis ou couché, ferme les yeux ; puis il se concentre sur des sensations de lourdeur (mains, puis bras, puis jambes, puis corps entier) ; puis de chaleur (même progression) ; puis sur sa respiration ; puis sur son cœur qui bat “calme et régulier”.

L’exercice, qui ne dure que quelques minutes, est d’abord enseigné par un thérapeute expérimenté, puis le sportif le réalise chez lui 2 ou 3 fois par jour, avec des effets de bien-être physique et mental qui peuvent se prolonger plusieurs heures après l’exercice.

 

  • Cohérence cardiaque :

L'influence de la respiration sur le cœur : base de la cohérence cardiaque qui est de plus en plus utilisée dans les programmes de gestion du stress et de l’anxiété ainsi que dans la régulation émotionnelle.
La régulation du rythme cardiaque par le système nerveux autonome est influencée par la respiration. L’inspiration inhibe temporairement l’influence du système parasympathique et produit une accélération du rythme cardiaque. Au contraire, l’expiration stimule le système nerveux parasympathique et induit un ralentissement du cœur.

Ces oscillations rythmiques produites par la respiration sont appelées l’arythmie respiratoire sinusale (ASR). L’ASR est principalement sous l’influence du parasympathique et représente un bon reflet de l’activité parasympathique sur la variabilité de la fréquence cardiaque.

Les techniques de contrôle respiratoire représentent donc le moyen le plus simple et le plus directement accessible pour modifier la variabilité de la fréquence cardiaque et elles sont à la base du principe même de la cohérence cardiaque.

 

Conclusion :

Il est bon de prendre conscience de nos personnalités parcellaires afin d’éviter de nous identifier avec l’une ou l’autre d’entre elles, en reconnaissant que chacune représente un rôle que nous jouons dans la vie. Cela aide à atteindre un état de conscience libre d’identifications qui permet de jouer consciemment et en maître les différents rôles.

La préparation mentale est avant tout une conception dynamique de la vie psychique. La découverte des aspects cachés de la réalité, et des défis qui leur sont associés, ajoute de nouvelles dimensions fascinantes à l’existence. Elle rend notre vie beaucoup plus riche et intéressante, au-delà de la performance le domaine de la préparation mentale propose une découverte de soi.

 

Plus d'information contacter Frédéric YVON.